3. Anomalies à risque d’acidose

Ce site est destiné exclusivement à des professionnels de santé et à des étudiants en formation dans le domaine médical. Si vous n’entrez pas dans une de ces 2 catégories, merci de bien vouloir quitter ce site qui ne vous est pas destiné.

Pour accéder aux autre pages de ce site vous devrez vous identifier.

Il y a un doute entre un fœtus en bonne santé et un fœtus en situation pathologique. Ces anomalies imposent de poursuivre les investigations et de chercher des informations supplémentaires soit dans le rythme cardiaque fœtal soit à l’aide d’autres techniques.

Ces anomalies sont :

Condition OU
1 la tachycardie sévère > 180 bpm isolée
2 la bradycardie modérée entre 90-100 bpm isolée
3 une variabilité marquée (> 25 bpm)
4 une variabilité minime (< 6 bpm) plus de 40 minutes
5 des ralentissements tardifs non répétés
6 des ralentissements variables typiques sévères et/ou atypiques
7 des ralentissements prolongés de plus de 3 minutes

Ces anomalies sont d’autant plus suspectes d’acidose qu’il existe en plus des éléments non rassurants :

  • perte des accélérations
  • association de plusieurs anomalies
  • aggravation des ralentissements (amplitude, atypies)

CNGOF :
=> dans ces circonstances, il faut tenter une action correctrice (position, O2, arrêt des ocytociques, +/- amnio-infusion).
=> si les anomalies persistent, il est conseillé de mettre en oeuvre un moyen de surveillance de deuxième ligne (grade C).

Les actions correctrices regroupent les changements de position, l’oxygénothérapie modérée, l’arrêt des ocytociques, voire l’amnio-infusion en cas de ralentissements associés à un oligo-anamnios (grande citerne < 20 mm)

Dernière mise à jour le 16 novembre 2014