La classification du rythme cardiaque foetal

Ce site est destiné exclusivement à des professionnels de santé et à des étudiants en formation dans le domaine médical. Si vous n’entrez pas dans une de ces 2 catégories, merci de bien vouloir quitter ce site qui ne vous est pas destiné.

Pour accéder aux autre pages de ce site vous devrez vous identifier.
L’interprétation du RCF est basée sur l’analyse des 4 critères auxquels on ajoute la tocométrie. A partir de tracés d’au moins 30 minutes et pouvant aller jusqu’à 90 minutes, 5 groupes sont définis :

 

Ce n’est qu’après le classement, qu’il faut tenir compte des facteurs de risque et du contexte obstétrical (notion d’événement sentinelle) pour adapter la conduite à tenir :
  • En cas de grossesse pathologique (HTA, pré-éclampsie, diabète, allo-immunisation, hyperthyroïdie), et/ou de fœtus dit «fragile» (prématurité, hypotrophie, terme dépassé, gémellité), le risque d’issue néonatale défavorable est augmenté (NP2).
  • En per-partum, les hémorragies et/ou l’hématome rétro-placentaire, l’infection intra-utérine, l’oligo-anamnios, le liquide secondairement  méconial, l’utilisation inconsidérée d’ocytociques  (NP2), et l’hyperactivité utérine sont des facteurs aggravants (NP2).
  • Cependant, l’asphyxie fœtale et l’encéphalopathie néonatale peuvent survenir en l’absence de facteurs de risque (63 % des cas) (NP2).
L’analyse du RCF est évolutive car les anomalies rencontrées au cours du travail peuvent se prolonger, se combiner et/ou s’aggraver. Il est parfois difficile dans les critères de surveillance du fœtus de distinguer ce qui revient à une réponse physiologique d’adaptation fœtale, de ce qui est dû à une véritable hypoxie.
La conduite à tenir sera définie en fonction :
- du groupe retenu
– du contexte clinique
– du moment de survenue des anomalies pendant le travail
– de la dynamique du travail

« Certains tracés traduisent à l’évidence une souffrance fœtale sévère et il n’y a pas lieu de tergiverser sur la conduite à tenir. En revanche, souvent le tracé montre des signes plus ou moins inquiétants. Beaucoup de variations traduisent le stress, mais « stress isn’t distress »  » (référence en bas de page)

Les 5 groupes à risque                                                                 RYTHME NORMAL – RYTHME DE STRESS – RYTHME D’HYPOXIE ?

Nous reprenons ci-après « in extenso » les caractéristiques des différents groupes à risque croissant d’acidose tels que définis par le CNGOF avant de présenter plus loin un tableau logique récapitulatif. Le lecteur pourra remarquer que certaines conditions n’ont pas été prises en compte par le CNGOF aboutissant à des trous dans ce tableau.

Nous insisterons à nouveau, sur le fait que l’analyse et le classement ne doivent pas tenir compte du contexte clinique, même de façon inconsciente. Un taux de glycémie est un taux de glycémie : on ne le majore pas parce que le patient présente un diabète compliqué …

« Souffrance fœtale aigüe » – Fournié A, Connan L, Parant O, Lesourd-Pontonnier F – Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Obstétrique, 5-077-A-30, 1999, 11 p.
Dernière mise à jour le 16 novembre 2014