Généralités

Ce site est destiné exclusivement à des professionnels de santé et à des étudiants en formation dans le domaine médical. Si vous n’entrez pas dans une de ces 2 catégories, merci de bien vouloir quitter ce site qui ne vous est pas destiné.

Pour accéder aux autre pages de ce site vous devrez vous identifier.
La qualité de l’enregistrement du RCF et des contractions utérines est primordiale pour permettre une analyse correcte des anomalies (accord professionnel) :
  • perte de signal RCF < 5 %,
  • il faut absolument avoir un enregistrement correct des contractions
L’entretien des cardiotocographes (mise à jour de l’horodateur) doit être effectué régulièrement (accord professionnel).La méthode Doppler est la plus utilisée et permet des tracés de qualité (grade C). En cas de perte du signal ou de confusion avec le rythme maternel, il convient de repositionner les capteurs ou de placer une électrode de scalp (grade C).

La visualisation des contractions utérines est indispensable pour l’analyse des anomalies de l’activité utérine et pour l’interprétation du RCF (accord professionnel). En dehors de situations particulières, la tocométrie externe est suffisante (accord professionnel). Seule la tocométrie interne permet cependant de mesurer précisément le tonus de base.

L’apprentissage de l’analyse du RCF diminue les erreurs d’interprétation (grade A). Il est recommandé de promouvoir et de créer des formations théoriques et pratiques sur l’analyse du rythme cardiaque fœtal (grade A).La terminologie à employer doit décrire les événements plutôt que de rechercher à les qualifier. Lorsque des anomalies du rythme cardiaque fœtal apparaissent, il est préférable de parler de rythme non rassurant, plutôt que d’employer le terme de souffrance fœtale.

Dernière mise à jour le 16 novembre 2014